Les arts

Les arts et les lettres

Soutien aux arts. Sous le régime français, la culture algérienne a été en grande partie supprimée dans une tentative des colonisateurs de la remplacer par la leur. Cependant, depuis l’indépendance, le gouvernement s’est efforcé de renforcer la culture berbère, arabe et islamique en donnant de l’argent pour ouvrir des centres d’artisanat et en encourageant les arts traditionnels de la fabrication de tapis, la poterie, la broderie et la fabrication de bijoux. L’Institut national de musique fait revivre la musique, la danse et le folklore des anciennes traditions arabes et mauresques. Il existe également une société cinématographique nationale qui produit la plupart des films algériens.

Littérature.

L’Algérie compte parmi ses vedettes littéraires des écrivains français qui ont vécu et écrit en Algérie (Albert Camus et Emmanuel Robles, par exemple) ainsi que des Algériens de souche, dont certains ont choisi d’écrire dans la langue coloniale (Kateb Yacine, par exemple) et d’autres en arabe ou en berbère. L’un des avantages de l’écriture en français est qu’elle permet aux livres d’être publiés en France, puis distribués en France et en Algérie. Le choix d’écrire en arabe ou en berbère, cependant, est souvent un acte de fierté nationale et crée un public différent pour l’œuvre. De nombreux écrivains algériens s’inspirent à la fois de l’influence de la littérature européenne et de l’ancienne tradition arabe de la narration d’histoires.

Arts graphiques.

L’artisanat traditionnel comprend les tapis noués et tissés en laine ou en poils de chèvre, le tissage de paniers, la poterie, les bijoux en argent, les broderies complexes et la dinanderie. Le cinéma algérien a récemment été salué par la critique, tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Beaucoup d’entre eux sont des drames et des documentaires qui traitent de questions de colonialisme, de révolution et de questions sociales. Le réalisateur Mahmed Lakhdar Hamina a remporté le prix du Festival de Cannes en 1982 pour son film Desert Wind.

Les traditions

Les Algériens sont un peuple très aimable et généreux ; l’hospitalité, l’entraide et les soins dans leur sang. Les représentants de cette nation, comme les autres peuples arabes, ont tendance à prendre le cœur de quelqu’un d’autre à cœur et font tous les efforts possibles pour aider à la fois les connaissances et les étrangers qui sont en difficulté. Grâce à la gentillesse et à l’ouverture d’esprit de la population locale, ils se font facilement des amis, même avec des étrangers.

a vision optimiste de la vie est une autre caractéristique nationale des Algériens. Les gens du coin aiment sourire, perdent rarement courage et espèrent toujours le meilleur. La raison de la bonne humeur et de l’optimisme des résidents réside peut-être dans leur foi. En Algérie, l’attitude à l’égard des enfants est complètement différente de celle des pays européens, car en Allemagne, en Grande-Bretagne et dans la plupart des autres pays de l’UE, on considère que l’éducation d’un enfant est une affaire privée pour ses parents et ses enseignants, et que les étrangers ne doivent pas intervenir dans ce processus. Les Algériens traitent aussi les enfants d’une manière complètement différente – ils peuvent traiter un enfant inconnu avec des bonbons, admirer émotionnellement les enfants des autres, et si un enfant inconnu se comporte mal dans la rue – faites-lui une remarque. Cet amour des Algériens pour tous les enfants surprend d’abord beaucoup les étrangers, car dans les rues des villes européennes, il n’est pas d’usage d’approcher les enfants des autres, de les louer et de leur offrir des bonbons, et en Algérie, cela est considéré comme normal.

Articles similaires :